Causes du TDAH – Les toxines

Ce qui rend le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (ou TDAH) si difficile à traiter est qu’il existe une pléthore de facteurs pouvant causer ce retard du développement.

Un nombre croissant d’études suggèrent que les produits chimiques que l’on retrouve dans l’environnement peuvent déclencher le TDAH chez les enfants. Environ 17 % des écoliers états-uniens souffrent maintenant du TDAH ou d’un autre handicap du développement, de l’apprentissage ou du comportement. Parmi les nombreuses causes de ce problème, l’exposition aux substances toxiques comme le mercure, le plomb et les BPC lors de la grossesse ou de l’enfance est l’une des plus communes et inquiétantes. Ces toxines ont un effet négatif sur les habiletés intellectuelles et sur le développement du système nerveux d’un enfant. Même si de nombreuses recherches doivent encore être menées dans ce domaine, les scientifiques sont certains d’une chose : les enfants et les bébés ne devraient pas être exposés aux substances chimiques ou aux toxines suivantes :

Le plomb

Le plomb est le contaminant, provenant de l’environnement, déclenchant le TDAH et d’autres troubles d’apprentissage, le plus étudié. L’exposition au plomb a été reliée à un faible QI, à l’incapacité à être attentif et à un comportement perturbateur en classe. De plus, on a montré que l’exposition au plomb est liée à une tendance à la violence, à l’incapacité de terminer son secondaire, à un abus de drogues ainsi qu’à d’autres problèmes émotionnels et comportementaux. Bien que ces études aient montré un lien significatif entre les niveaux de plomb et les symptômes du TDAH, l’ampleur à laquelle le plomb contribue au TDAH chez les enfants n’est pas encore claire.

Les pesticides

Les pesticides sont conçus pour s’infiltrer dans le système nerveux des insectes. Cependant, saviez-vous que le cerveau humain possède plusieurs des mêmes neurotransmetteurs que les insectes? Cette caractéristique signifie que si un enfant ingère un aliment contaminé par les pesticides, la production de neurotransmetteurs dans son cerveau en sera affectée, ce qui causera des problèmes de développement ainsi que de l’inattention, de l’hyperactivité et de l’impulsivité chroniques. Même si les fabricants de pesticides doivent prouver que leurs produits ne causent pas d’anomalies congénitales ou de cancers, ils ne sont pas requis de tester leurs effets sur le système nerveux d’un enfant. En fait, l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) a testé les effets neurologiques de seulement neuf pesticides sur les enfants. Ce n’est qu’un très petit échantillon si l’on considère que 350 pesticides commerciaux sont utilisés pour la culture vivrière de nos jours!

Les BPC

Les diphényles polychlorés (BPC) sont les produits chimiques que l’on retrouvait dans les réfrigérants et les lubrifiants et qui ne sont maintenant plus disponibles aux États-Unis à cause de leurs constituants toxiques. Malgré cette interdiction, les BPC traînent toujours dans l’environnement et continuent d’affecter les tissus humains. L’exposition aux BPC peut provenir de l’utérus lorsqu’ils passent à travers le placenta, du lait maternel, d’aliments gras et des poissons contenant une grande concentration de BPC. Ceux-ci perturbent le développement cognitif et abaissent le QI et les fonctions intellectuelles. Bien que les chercheurs n’aient pas encore déterminé si une exposition prénatale aux BPC est un déclencheur du TDAH, une étude a montré que des rats présentaient un comportement hyperactif lorsqu’on les exposait aux BPC à travers le lait maternel.

D’autres toxines reconnues pour déclencher le TDAH incluent la fumée de cigarette, l’alcool, l’aluminium et le mercure. Ces deux derniers sont si importants que je leur ai consacré un article complet.

Avec autant de polluants présents dans notre environnement de nos jours, il n’est pas surprenant que les matières toxiques jouent un rôle décisif dans le déclenchement du TDAH. Les premières étapes de la solution Sansritalin incluent une analyse pour déceler tout élément toxique présent dans l’organisme de l’enfant. Si des toxines sont détectées, le traitement comprendra un programme de désintoxication afin de les éliminer naturellement de l’organisme. Vous devrez également étudier votre environnement afin de découvrir la provenance de ces toxines. La solution Sansritalin vous aidera à accomplir votre tâche de détective de façon systématisée, étape par étape.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *